La lithothérapie :

La lithothérapie est une médecine non conventionnelle qui cherche à soigner par le biais des cristaux (améthyste, quartz, œil de tigre, labradorite, aigue-marine, rubis, turquoise, etc.) Elle considère que les cristaux émettent naturellement une « résonance » ou une « vibration » singulière capable d’améliorer le bien-être de la personne à son contact ou à proximité.
On parle également de magnétisme.

Il n’y a pas de preuves scientifiques de l’efficacité de cette thérapie ou de l’existence d’une « énergie » spécifique aux cristaux. On peut ainsi la qualifier de médecine alternative ou complémentaire.

Le mot « lithothérapie » n’est attesté que depuis quelques dizaines d’années (il aurait été formé dans la seconde moitié du xxe siècle, en même temps que la phytothérapie1). Il s’agit de l’association des termes grecs lithos signifiant pierre et therapeia signifiant cure.

Littéralement parlant, ce mot veut dire « méthode qui soigne par l’usage des pierres » du grec ancien ‘λίθος’ [litʰos] : « Pierre par opposition aux matériaux comme le bois, les métaux… » et ‘θεραπεύω’ [tʰɛrapɛuʷɔ] : « Prendre soin de … » (cf. Le Grand Bailly, par Anatole Bailly chez Hachette 1894, 1950, 1963, 2000), et qui selon la construction de composés néoclassiques en morphologie latine s’organise sous la forme “YX” dans le sens “Y (action) par le biais de X (objet)” où X et Y sont des noms, l’un étant directement emprunté au grec ancien, l’autre dérivant d’une ancienne composition néoclassique elle-même construite sur une forme grecque.

Ce qui est aujourd’hui défini sous le terme « lithothérapie » est en fait un mélange de techniques ancestrales utilisant les pierres (pour masser notamment, cf. massages Amma au Japon, issues de techniques chinoises utilisant les points du corps, ou japonaises (shiatsu), au même titre que l’acuponcture ; ou bien la médecine ayurvédique en Inde, utilisant des pierres polies comme outils de massage) et la chromothérapie (ou chromathérapie) utilisant les couleurs pour apaiser l’esprit et le corps.

Ressources Wikipedia